« Vous allez trouver une façon d’être dirigeant. » Formation coopérative et résistances ouvrières dans une usine reprise par ses salariés

Varia
Par Maxime Quijoux
Les sociétés coopératives et participatives (SCOP) suscitent un regain d’intérêt depuis le milieu des années 2000 en France. Ancien, ce modèle réapparaît notamment à la faveur de certaines luttes salariales visant la reprise d’entreprise par les salariés. Cet engouement est rendu possible par la méconnaissance quasi généralisée des SCOP, y compris parmi les salariés engagés dans la reprise de leurs outils de travail. À partir d’une enquête au sein d’une imprimerie reprise par ses salariés en France métropolitaine, cet article vise à examiner la manière dont ces derniers sont formés à la démocratie d’entreprise par la principale organisation coopérative de France, la Confédération générale des SCOP. L’enquête montre que son travail d’accompagnement ne cherche pas à proposer des outils d’une meilleure répartition du pouvoir dans l’entreprise, mais à former une nouvelle classe de patrons vertueux. Cette ambition est néanmoins contrariée par des salariés fortement syndiqués qui refusent de reproduire le schéma antérieur à la reprise. Mais faute de modèle novateur, ils tendent à « syndicaliser » leurs pratiques coopératives, s’écartant finalement peu d’un modèle hiérarchique traditionnel.
Voir l'article sur Cairn.info