Militants malgré eux ? Les jeunes contestataires face à la répression en Biélorussie

Varia
Par Tatyana Shukan
Cet article analyse la diversité des effets de la répression sur l’action collective à partir de l’exemple du militantisme contestataire des jeunes en Biélorussie. En prêtant une attention particulière au vécu des situations à risque et aux premières expériences de la répression – soutki, i.e. peines de détention de courte durée – ainsi qu’aux empreintes que ces expériences laissent sur les trajectoires sociales et militantes des jeunes engagés, il met en lumière les mécanismes de socialisation à la répression qui s’opère progressivement au cours du militantisme. Il montre aussi que si la répression renforce la détermination des jeunes à défier les autorités et consolide leurs collectifs, elle les enferme, sur le long terme, dans une marginalité tant sociale que politique dont ils peinent à sortir. À cet égard, l’exil offre une des rares portes de sortie de cet univers contraignant et une possibilité de continuer à militer, de l’étranger, pour la promotion de la démocratie en Biélorussie.
Voir l'article sur Cairn.info