La carrière militante du « grand remplacement » au sein du milieu partisan de l’Alternative pour l’Allemagne (AfD)

Dossier : La mise en politique des idées
Par Cécile Leconte
Cet article retrace la carrière militante de la formule forgée par l’écrivain Renaud Camus, le « grand remplacement », dans le milieu partisan de l’Alternative pour l’Allemagne (AfD), formation émergente représentée au Bundestag depuis 2017. Il montre que si l’appropriation de cette formule permet à ses médiateurs allemands de réinvestir un discours raciste, tout en créant une distance symbolique avec la langue national-socialiste, la carrière de la formule au sein du parti lui-même s’explique avant tout par l’activation de réseaux préconstitués (néo-droitiers, Identitaires), qui ont largement pénétré les réseaux partisans, dans le contexte de luttes intra-partisanes relatives à la définition de la « marque ». Son appropriation y est indissociable d’une entreprise visant à faire de l’AfD une force identitaire, mouvementiste, dans le cadre de conflits ordonnés autour d’un double enjeu : la délimitation des frontières du parti envers les organisations mouvementistes et la définition des normes discursives de l’organisation, particulièrement autour du rapport à la langue national-socialiste.
Voir l'article sur Cairn.info