Où sont passés les criminels ?

Varia
Transformations de la guerre et catégorisations de la violence en Colombie
Par Jacobo Grajales
Les rapports entre groupes armés et marchés criminels sont souvent décrits dans des termes essentialistes, qui projettent l’image d’une « contamination » des luttes politiques armées par des desseins d’accumulation. En réalité, guerre et crime entretiennent des rapports complexes ; la participation aux marchés criminels d’un groupe armé peut alimenter son ancrage social et son inscription dans des arènes politiques, mais elle peut également servir de soubassement à des entreprises de disqualification. La méthode proposée ici consiste alors à repérer les configurations sociales dans lesquelles l’accumulation criminelle devient un problème et à analyser en parallèle la façon dont les groupes armés se saisissent de ces catégories. Nous développons cette problématique à partir du cas de la Colombie, traitant parallèlement de deux groupes que tout oppose en apparence : guérilla des Farc et milices paramilitaires.
Voir l'article sur Cairn.info