Free jazz made in France. Contribution à l’étude des dynamiques de radicalisation dans la France des années 1960 et 1970

Varia
Par Christophe Voilliot
Cet article est une contribution à l’analyse des phénomènes de surenchère à la radicalité à partir de l’étude des musiciens qui se sont réclamés de l’esthétique du free jazz en France. Si l’assignation à la radicalité de ce courant musical est d’abord le fruit d’un transfert et d’une réception complexe et décalée d’une forme musicale apparue aux États-Unis par ses commentateurs français, elle fait aussi écho à l’engagement politique de musiciens dans le contexte du « mai » français et du désengagement lié au reflux militant des années 1970. En les restituant, à partir de témoignages et de l’étude de la presse musicale et militante de l’époque, cet article tente de reconstruire une dynamique de radicalisation à la fois originale et partiellement oblitérée.
Voir l'article sur Cairn.info