La politisation par l’occupation. Pratiques quotidiennes et trajectoires d’empowerment dans un squat madrilène

Dossier : Mouvements d’occupation
Par Héloïse Nez
En Espagne, le 15M a impulsé une vague d’occupations, à partir du 15 mai 2011, non seulement de places publiques, mais aussi de locaux désaffectés et de logements vides. Les Indignados, qui s’inscrivent ainsi dans la suite du mouvement des squatteurs, s’en distinguent par une diversification du profil socio-économique, des orientations idéologiques et des trajectoires des occupants. À partir d’une étude de cas dans le quartier madrilène de Carabanchel, cet article porte sur ces nouveaux occupants sans passé militant, en mettant en lien leurs pratiques et représentations de l’occupation avec leurs trajectoires sociales, professionnelles et politiques. Il s’intéresse aux facteurs de leur engagement, en insistant sur la dégradation de leur situation socio-économique et les opportunités que leur offre le squat en termes de résolution de problèmes concrets et de reconnaissance sociale. L’analyse porte également sur leurs pratiques quotidiennes, à l’origine d’une prise de conscience d’une capacité d’agir individuelle et collective. Ces trajectoires d’empowerment s’accompagnent d’un changement de leurs perceptions des mouvements sociaux, des médias et du système économique et politique.
Voir l'article sur Cairn.info