La droite entre les deux guerres : psychologie des foules, sciences de l'organisation et publicité moderne

Dossier  : Mobilisations conservatrices
Par Kevin Passmore
Les historiens ont souvent expliqué l’absence dans la France de la Troisième république d’un large parti conservateur par son refus de répondre aux défis de la modernité. Ils ont considéré que les diverses réorganisations de la droite sont autant de tentatives infructueuses de la « moderniser ». Au lieu d’interpréter les méthodes de mobilisation de la droite à l’aune des catégories anhistoriques de tradition et de modernité, cet article réinscrit le mot « organisation » dans le contexte de la compétition entre les partis de la droite et dans leur combat contre le communisme. L’article met en évidence le fait que les dirigeants de droite partageaient la même « culture intellectuelle et politique ». Notamment, ils ont eu recours à la psychologie des foules, mise à jour par les sciences de l’organisation et par les techniques de la publicité « moderne ». Mais ils vont s’approprier cette culture politique différemment en fonction des enjeux qui leur sont propres. Trois tentatives de réorganisation sont observées : celles du Centre de propagande des républicains nationaux, de l’Alliance démocratique, et des Croix de feu et de son successeur, le Parti social français. L’analyse montre que l’Alliance, souvent prise pour un parti anachronique de notables, a remporté le plus de succès.
Voir l'article sur Cairn.info