Localiser le terrain de l'international

Faire du terrain, penser par cas
Par Johanna Siméant
Les formes d’actions transnationales, parce qu’elles renvoient, pour partie au moins, à des pratiques et configurations dans lesquelles la superposition routinière une société / un État est encore plus problématique qu’elle ne l’est déjà lorsque l’enquête est cantonnée à l’intérieur de frontières nationales, peuvent appeler à déployer des stratégies empiriques et théoriques particulières. C’est le propos de cet article que d’en exposer quelques-unes, qui renvoient à la question de l’identification du terrain et des processus d’internationalisation. L’article réfléchit aux moyens de saisir la division du travail dans ces organisations internationales, et au traçage des parcours individuels comme moyen de reconstituer les milieux de l’activisme international. Il examine enfin les possibilités ouvertes par des enquêtes collectives menées dans les événements internationaux.
Voir l'article sur Cairn.info