Limites du modèle délibératif : composer avec différents formats de participation

Varia
Par Audrey Richard-Ferroudji
En France la politique de l’eau exige une participation des usagers à sa gestion et une concertation entre les différentes personnes concernées. Les critiques adressées aux dispositifs mis en œuvre pour remplir ces exigences montrent les limites d’une conception uniquement fondée sur le modèle délibératif et invitent à porter un regard attentif aux situations participatives. En nous appuyant sur la théorie des régimes d’engagement, nous proposons une grille de lecture de la manière dont les participants sont engagés et s’engagent dans les dispositifs selon différentes figures de participation : porteur d’enjeux, sujet politique et moral, personne enracinée ou être curieux. Cette approche est mobilisée pour décrire trois formats typiques de participation à la gestion de l’eau, en nous appuyant sur le cas du bassin de l’Orb. Cet article développe une critique interne des dispositifs pour penser leur ajustement. Il invite à penser l’articulation de différents formats de participation pour composer un dispositif approprié et qui reconnaisse les différences entre participants selon plusieurs dimensions.
Voir l'article sur Cairn.info