Organiser la résistance contre une restructuration lourde

Varia
Le travail de militants syndicaux
Par Rachel Beaujolin-Bellet, François Grima
Les conflits d’opposition aux projets de restructurations lourdes sont souvent intenses. Pour comprendre la construction de ces formes de résistance, nous nous appuyons sur des récits de vie menés auprès de trente-cinq militants syndicaux ayant animé des luttes contre des restructurations lourdes. Dans une situation de fortes tensions comportant des enjeux importants, en termes de maîtrise des actions par le militant syndical, de maintien dans la durée de la mobilisation des salariés, de divergences potentielles sur les finalités de la lutte, mais aussi de conciliation de vies pour le leader syndical lui-même, il apparaît que les actions ouvertes et les actions cachées, les actions collectives et les actions individuelles sont articulées pour organiser la résistance. Cette organisation d’ensemble repose sur un travail d’animation en réseau, pour lequel le militant syndical s’appuie à la fois sur des alliés, sur des dispositifs d’interaction permanente avec les salariés, et sur une équipe restreinte de personnes de confiance. Se pose alors la question des facteurs individuels et contextuels tels qu’ils semblent favoriser l’émergence de ces ressources externes et internes.
Voir l'article sur Cairn.info