De la ressource intellectuelle à la cause politique

Varia
Les différentes vies d'Abdelmalek Sayad
Par Victor Collet
À partir d’archives locales et associatives de Nanterre, de l’observation des Oranges, association militant pour la mémoire de l’immigration, d’entretiens biographiques avec ses membres et de nombreux représentants de l’espace associatif et politique nanterrien, on se propose d’analyser les usages localisés d’Abdelmalek Sayad comme un révélateur des cadres d’intégration d’une mémoire immigrée et comme une étape singulière dans la reconnaissance par la municipalité de ses populations immigrées. La référence à Sayad, schème structurant les activités des Oranges et pas à pas les discours municipaux sur l’identité locale, se situe à l’intersection d’une pluralité de processus : côté municipal, ouverture d’un espace de légitimation des entreprises pro-immigrées par une municipalité en plein bouleversement et à la recherche de cadres adaptés pour investir la mémoire de l’immigration sans effacer la dimension ouvrière de la commune ; côté associatif, une propension particulière chez certains militants à l’autodidaxie culturelle, une confrontation avec le monde universitaire et une relative domination dans l’espace politique local. Dans ces conditions, la référence au sociologue de l’immigration s’y présente comme une ressource en forte adéquation avec les trajectoires et positions sociales des intéressés et comme une arme dans le jeu politique local. Son ambivalence fournit les clés de compréhension de sa progressive accession à l’espace public, la personnalisation et la canonisation qu’opèrent ces usages profanes accentuant in fine l’aspect politique de l’œuvre de Sayad.
Voir l'article sur Cairn.info