Secret public, réseaux sociaux et morale politique. Les Frères musulmans et la société égyptienne

Dossier : Ancrages politiques
Par Marie Vannetzel
Cet article analyse la manière dont l’organisation des Frères musulmans égyptiens, fondée en 1928 et perdurant aujourd’hui sur la scène politique égyptienne en dépit de son illégalité, envisage la question de ses relations à la société. Ces dernières, en raison tant de l’idéologie du mouvement que de la configuration du régime égyptien, ne constituent pas simplement le support des stratégies politiques fréristes, mais en deviennent l’enjeu même. Le cas du Shaykh al-Muhammadi ‘Abd al-Maqsud, député Frère de la circonscription d’Helwan, située dans la banlieue ouvrière sud du Caire, montre l’importance accordée par les acteurs au développement de réseaux locaux, tout en soulignant les contraintes que fait peser sur la construction de ces liens sociaux le statut semi-clandestin de l’organisation. Dans le contexte de réduction des fonctions sociales de l’État égyptien, le « secret public » auquel les Frères sont tenus apparaît comme la formule d’une coopération tacite avec les autorités, mais peut au final servir, plus qu’entraver, leur objectif politique de transformation sociale par la réforme morale individuelle.
Voir l'article sur Cairn.info