Les effets dissimulés du travail sur la santé de populations au chômage : le cas des contrats aidés dans le dispositif du RMI

Dossier  : Santé et travail
Par Nathalie Frigul
L’article propose de s’intéresser aux catégories de travailleurs relevant de contrats aidés réalisés dans le cadre des politiques d’insertion. Ces candidats à l’emploi aidé ont connu des parcours de déclassement, des trajets professionnels discontinus, instables, ponctués de périodes de chômage de plus en plus longues avant l’entrée dans les dispositifs de l’aide sociale, dont le RMI, aujourd’hui le RSA, constitue la figure emblématique. Usuellement considérés à la marge de l’emploi ordinaire, ces contrats aidés sont décrits comme une étape nécessaire de « remobilisation » vers le travail. L’un des paradoxes réside dans le fait que ces emplois peuvent présenter des expositions professionnelles, celles-là même qui, dans l’activité antérieure, ont généré des atteintes à la santé. À partir d’études de cas permettant de reconstituer les parcours de travail et de santé de personnes percevant le RMI, nous étudierons les manières dont les acteurs, allocataires et professionnels de l’insertion, se sont saisis de ces questions de santé, les ont articulées ou non au travail et à l’emploi, contribuant souvent à masquer leurs origines professionnelles.
Voir l'article sur Cairn.info