Les cobayes portent plainte

Dossier  : Santé et travail
Usages de l'épidémiologie dans deux affaires de maladies industrielles à Taiwan
Par Paul Jobin
Cet article présente les deux premières grandes affaires de maladies industrielles portées en justice à Taiwan. La première, qui se déroule dans le nord de l’île près de Taipei, concerne plus d’un millier de femmes, aujourd’hui atteintes de diverses formes de cancer. Elles ont été exposées à toute une gamme de solvants organiques lorsqu’elles travaillaient pour une usine de télévision du fabriquant américain RCA. Les accusés de ce procès sont l’actuel et l’ancien propriétaire de l’entreprise, General Electric et Thomson. La deuxième affaire se passe près de Tainan, dans le sud de l’île, qui enregistre l’une des plus importantes concentrations de dioxine au monde, laissée par une ancienne usine chimique. Dans les deux cas, les plaignants ont le sentiment de servir de cobayes pour la science sans pour autant bénéficier de ses résultats. Ils sont assistés par une mobilisation citoyenne originale et un réseau d’avocats. Bien que les auditions viennent seulement de commencer, la controverse médico-légale et le propos des acteurs suggèrent d’ores et déjà que l’incertitude scientifique implique toutes sortes de compromis, entre le peut-être et le probable, l’épidémiologie et la toxicologie, l’humain et l’animal, et par là même, toute une gamme des possibles pour une traduction de ce flottement en décision juridique ou politique.
Voir l'article sur Cairn.info