Pour une sociologie des « frontières d'humanité »

Dossier  : Frontières d'humanité
Par Catherine Rémy, Myriam Winance
Le thème des « frontières d’humanité » est au cœur du projet des sciences humaines. La littérature existante sur le sujet fait cependant apparaître une tension entre deux manières de l’aborder. La première est normative et vise, dans la lignée d’une anthropologie fondamentale, à définir un propre de l’homme et à tracer une frontière entre les humains et les autres. La seconde, plus récente, est descriptive et s’attache aux pratiques d’humanisation ou de déshumanisation. Dans cette perspective, il s’agit d’analyser des processus qui ont pour résultat une sortie de l’humanité de certains individus ou collectifs, mais aussi une mise au pluriel de la notion ; on parle alors d’humanités altérées ou encore d’une humanisation ou d’une réhumanisation d’individus non humains ou préalablement déshumanisés. Depuis une vingtaine d’années, l’espace de la biomédecine et celui du handicap se caractérisent par un travail particulièrement dense autour de ces « frontières d’humanité » entendues dans la seconde acception : ce numéro tente d’en dresser un panorama. Au-delà de ces deux univers particuliers, une sociologie des « frontières d’humanité » invite à explorer des situations variées et peut-être plus ordinaires où se joue l’appartenance à une humanité commune.
Voir l'article sur Cairn.info