Les accords de coalition dans une municipalité d'union de la gauche

Dossier  : Le gouvernement des coalitions partisanes
Contribution à l'étude de la régulation des rapports coalitionnels
Par Nicolas Bué
Les accords de coalition sont souvent présentés comme le principal dispositif de régulation des rapports entre les représentants des partis qui se sont alliés dans une coalition de gouvernement. Trois types de fonctions leur sont ainsi assignés par les chercheurs qui les étudient : une fonction communicationnelle, une fonction d’élaboration de l’agenda et une fonction de réduction des conflits. Partant d’une discussion critique de ces travaux, cet article vise à éclairer les conditions et les modalités de leur mobilisation par les acteurs politiques coalisés. Il s’appuie pour cela sur l’étude de cas, à dominante ethnographique, de la coalition d’union de la gauche qui a gouverné la ville de Calais de 1971 à 2008. L’analyse du contenu et des usages pluriels des contrats montre que ces derniers constituent à la fois des cadres et des enjeux pour les négociations au sein du gouvernement de coalition. Leur présentation sous la forme d’un contrat écrit tient aux propriétés que les acteurs prêtent à celle-ci, à savoir une capacité à réduire les incertitudes et les risques inhérents à l’association coalitionnelle tout en y préservant des marges de manœuvre. Ils sont ainsi marqués par une tension qui leur est constitutive, entre le flou qui les caractérise et le jeu dont ils font l’objet.
Voir l'article sur Cairn.info