Violences illégitimes et publicité de l'action policière

Dossier : État et illégalismes
Par Cédric Moreau de Bellaing
À partir d’une enquête sociologique inédite sur l’Inspection générale des services (IGS), une instance de contrôle interne de la Police nationale, cet article réinterroge les relations entre violence légitime et institution policière. La force policière est saisie par l’intermédiaire des accusations de violences illégitimes portées à l’encontre des agents de la force publique. L’article montre d’abord qu’il existe un écart important entre la quantité de dossiers ouverts pour des faits de violence et le nombre de sanctions prises pour les mêmes motifs, puis en isole les causes à partir d’une analyse du déroulement des enquêtes. Il examine les motifs faisant l’objet des sanctions les plus lourdes, et montre qu’il s’agit majoritairement de faits portant atteinte au caractère public de l’institution policière. Ces résultats mettent alors en évidence la nécessité pour les sciences sociales traitant des institutions coercitives démocratiques, d’adjoindre à l’interrogation classique sur l’habilitation à l’utilisation de la violence légitime un autre questionnement, prenant au sérieux la contrainte de publicité qui porte sur l’activité policière.
Voir l'article sur Cairn.info