Une lignée patronale à la mairie

Genèse et vieillissement d'une domination personnalisée (1850-1970)
Par Nicolas Renahy
Les analyses du « paternalisme » mettent souvent en exergue une domination de type personnalisé entre patrons et salariés d’une entreprise. Étudiant le patronat hors de l’entreprise, cet article analyse l’implantation villageoise d’une bourgeoisie industrielle aux XIXe et XXe siècles à l’aide des outils de l’anthropologie politique (stratégies matrimoniales et relations entre parentèles en regard de la composition des conseils municipaux successifs). Il montre que la domination personnalisée n’a réellement eu cours que pendant l’entre-deux-guerres, lorsqu’une relative familiarité s’est mise en place entre le maire patron établi au sein de la bourgeoisie industrielle régionale et une fraction de salariés établis dans l’espace villageois. En amont de cette période est observée l’imbrication progressive des pouvoirs économiques et politiques, aboutie lorsque le patronat possède le pouvoir sur le village, dirigeant la municipalité et contrôlant les groupes sociaux concurrents. Après-guerre, la domination patronale personnalisée est victime de son vieillissement, et ne survit qu’en trouvant à s’immiscer entre les mailles du pouvoir au village.
Voir l'article sur Cairn.info