Entre fatalisme et héroïsme

La décision politique face au « problème » de la dette publique (2003-2007)
Par Benjamin Lemoine
Le présent article rend compte de la succession de combinaisons décisionnelles sur le thème de la dette publique, entremêlant expertises et exigences du métier politique. Avant le démarrage de la campagne présidentielle, la publication du rapport Pébereau et son succès médiatique contribuent à installer un consensus parmi les professionnels de la politique sur l’urgence de la réduction de la dette. Les conventions européennes sur les finances publiques sont converties en certitudes : traiter en priorité la « pathologie » de la dette semble inéluctable. Les options alternatives et relativistes sont temporairement ensevelies sous les usages de « l’argument de la dette » dans la compétition électorale. Mais, au moment de tenir ses engagements fiscaux pris en tant que candidat, l’extension préalable du consensus permet au vainqueur des élections d’orchestrer une rupture héroïque vis-à-vis de l’impératif budgétaire.
Voir l'article sur Cairn.info