L'impossible standardisation des pratiques militantes au sein du New Labour

Le cas de Finchley, section locale récalcitrante
Par Emmanuelle Avril
La section locale de Finchley illustre la dimension localisée de la culture partisane travailliste qui échappe aux théories générales de la participation et contrecarre les tentatives de la direction nationale d’établir une formule de militantisme applicable à toutes les sections locales. L’enracinement du parti dans un environnement particulier donne en effet à la section locale une tonalité spécifique qui affecte la nature des relations que celle-ci entretient avec les autres niveaux du parti. C’est le refus de la direction nationale de laisser la place à la diversité des pratiques et des cultures militantes qui a conduit à un durcissement des relations et au positionnement de la circonscription et du député travailliste en opposition au gouvernement et à la stratégie nationale. En imposant aux sections locales un modèle unique, gestionnaire et technocratique, de militantisme, les modernisateurs ont provoqué la démobilisation massive des militants qui ont ainsi exprimé le refus de leur propre instrumentalisation. Face à cette hémorragie, les dirigeants du New Labour semblent finalement avoir compris la nécessité de laisser aux sections locales davantage d’autonomie, garante de motivation et d’innovation. Les trois victoires successives du candidat travailliste dans la circonscription historiquement conservatrice de Finchley illustrent le potentiel d’une approche plus flexible.
Voir l'article sur Cairn.info