Le syndicalisme à l'épreuve de la féminisation

La permanence « paradoxale » du plafond de verre à la CFDT
Par Cécile Guillaume
Dans le monde syndical, en France et plus largement en Europe, la CFDT fait figure de pionnière en matière de mixité. Sa politique volontariste édictée dès 1982 a favorisé un processus continu de féminisation de ses adhérents et de son tissu militant. Cette dynamique se heurte toutefois à la difficulté patente des femmes à monter et se maintenir en responsabilité au sein de l’organisation. Parmi les éléments d’interprétation de cette réalité en demi-teinte, cet article insiste sur le rôle des dispositifs formels et informels de détection/sélection des futurs responsables et l’impact des normes organisationnelles dans la construction des inégalités de carrières, entre les hommes et les femmes.
Voir l'article sur Cairn.info