La signature au temps de l'électronique

Par Béatrice Fraenkel, David Pontille
L’électronisation des pratiques d’écriture bouleverse des usages séculaires comme celui de la signature, puissant signe d’identité et de validation. L’analyse s’appuie sur deux cas : le projet d’adoption de la signature électronique pour valider les actes authentiques en France et les nouvelles modalités de soumission d’articles à la célèbre revue Nature. Elle montre combien l’identification est devenue problématique. Les exigences sécuritaires dans un cas et la méfiance envers les pairs dans l’autre aboutissent à des choix opposés : la signature cryptographique en droit et la signature manuscrite en science.
Voir l'article sur Cairn.info