Quelle autonomie pour les « incapables » majeurs ?

Déshospitalisation psychiatrique et mise sous tutelle
Par Benoît Eyraud
La politique de déshospitalisation psychiatrique et la réforme du dispositif de protection des « incapables majeurs » ont été mises en œuvre parallèlement depuis quelques décennies. La complémentarité de ces politiques ne doit pas dissimuler leur usage hétérogène de la « valeur » autonomie, oscillant entre des conceptions « idéalisées » et « desidéalisées » de ce concept. Après avoir montré les limites mais aussi l’intérêt de telles conceptions pour analyser les politiques actuelles et leurs implications, une troisième conception « équilibrée » est proposée, puis éprouvée empiriquement à partir de l’analyse d’une situation de crise. Cette conception définit l’autonomie comme produit de l’interpellation et de la reconnaissance d’un sujet capable et d’une norme obligeante. Cette conception a pour objectif de mieux rendre compte des expériences et situations vécues par les majeurs protégés connaissant des troubles psychiatriques, de contribuer à une réflexion sur l’évaluation des capacités et incapacités des individus, et de contribuer aux réflexions visant à une sociologie de la liberté.
Voir l'article sur Cairn.info