Être interné au Larzac

La politique d'assignation à résidence surveillée durant la guerre d'Algérie (1958-1962)
Par Marc Bernardot
Durant la guerre d’Algérie, le ministère de l’Intérieur a procédé à l’internement dans des camps de 14 000 Français algériens suspectés de soutenir les forces rebelles du FLN. Les centres d’assignation à résidence surveillée sont créés en 1958 et fermés en 1962. L’étude des archives de la Sûreté nationale, qui assure la gestion de ces centres, montre comment leur conception s’intègre dans une tradition policière de l’internement des populations jugées dangereuses, et qui date de la première guerre mondiale. Ces camps constituent un laboratoire d’une militarisation de la question immigrée et annoncent la généralisation actuelle de l’approche sécuritaire des migrations.
Voir l'article sur Cairn.info