Résumés/Abstracts

L'homme politique, l'industriel et les universitaires. Alliance à la croisée du régionalisme dans l'entre-deux-guerres Gilles Laferté Au début de l'entre-deux-guerres, l'échiquier politique bourguignon témoigne de la volonté du mouvement radical de frayer une alternative politique entre socialisme et réaction antiparlementaire. La question territoriale est au cœur des préoccupations radicales avec l'avènement d'un régionalisme économique, modernisateur. A travers les lieux de sociabilité de la bourgeoisie locale (associations savantes et touristiques, Chambre de commerce...) et grâce à la création d'institutions nouvelles (les universités régionales, les régions économiques), le maire radical de Dijon va fédérer des élites locales modernisatrices pour l'affirmation de sa ville comme capitale de la nouvelle région Bourgogne. Ainsi se constitue un nouveau réseau de pouvoirs locaux agrégeant des hommes politiques, des industriels de l'alimentaire sensibles à une promotion de leur produit par l'image régionale progressivement synonyme de qualité, et des universitaires, intellectuels régionalistes déclassés dans l'espace scientifique national en quête de reconnaissance académique, ou géographes vidaliens appliquant un programme de recherche national constituant en région un savoir promotionnel.
Voir l'article sur Persée