Les usages sociaux des animaux d'élevage

Dossier : La question animale
Par Arouna P. Ouédraogo
Les usages sociaux des animaux d'élevage Arouna P. Ouedraogo Un débat sur les animaux d'élevage mobilise spécialement les citadins, membres des couches supérieures des classes populaires, dont les dispositions éthiques s'accordent avec l'opposition aux pratiques courantes de l'élevage des animaux destinés à la consommation humaine. Ce débat fait sens en particulier dans un contexte où les classes moyennes urbaines développent un goût marqué pour des produits issus de modes « humanisés » de production des animaux, qui va de pair avec une idéalisation de la nature et du naturel. Telle sensibilité, en accord presque total avec la nouvelle idéologie de réforme de l'élevage des animaux de rente, est de nature à situer les interactions hommes-animaux au cœur d'oppositions sociales fortes entre les consommateurs, les éleveurs et les différents utilisateurs de l'espace rural. Sont en cause la définition sociale légitime du mangeable, mais aussi le mode légitime d'usage et d'appropriation d'un espace rural auquel sont assignés des objectifs de moindre production et de moindre exploitation des animaux.
Voir l'article sur Persée