Le travail sur la frontière entre les humains et les animaux dans l'Allemagne nazie

Dossier : La question animale
Par Arnold Arluke, Clinton Sanders
Le travail sur la frontière entre les humains et les animaux dans l'Allemagne nazie Arnold Arluke, Clinton R. Sanders L'article traite du statut conféré par les nazis aux animaux. Il rappelle tout d'abord l'étendue des mesures de protection des animaux adoptées sous l'Allemagne nazie : réglementation des conditions d'abattage, lutte globale contre les mauvais traitements, mesures antivivisection, contrôle strict de la chasse, sauvegarde des espèces menacées. Il examine ensuite comment les nazis ont à la fois tracé et brouillé les lignes de démarcation entre animaux et humains. Trois questions sont plus précisément abordées : la volonté de rehausser le statut moral des animaux, dans le cadre notamment d'une nature unifiée ; les manifestations personnelles ou doctrinales de compassion et de tendresse à l'égard des animaux, de la part des dignitaires nazis ; l'« animalisation » des humains, que ce soit dans le cadre des programmes pour l'amélioration de la race aryenne, ou à travers la construction de la catégorie des « sous-humains ». L'article permet alors de penser en même temps l'extrême cruauté développée par les nazis vis-à-vis de certains humains, et leur intérêt soutenu pour la condition des animaux.
Voir l'article sur Persée