Réseaux de sociabilité et adhésion syndicale. Le cas de la CFDT

Dossier : Fréquentations militantes
Par Bruno Duriez, Frédéric Sawicki
Réseaux de sociabilité et adhésion syndicale. Le cas de la CFDT Bruno Duriez, Frédéric Sawicki L'analyse d'une enquête par questionnaire menée auprès des adhérents de la CFDT du Nord-Pas-de-Calais, complétée par une série d'entretiens centrés sur les logiques de l'adhésion syndicale met clairement en évidence l'importance des réseaux relationnels dans le processus d'engagement. Parmi ceux-ci, les relations professionnelles l'emportent nettement aujourd'hui sur les relations extraprofessionnelles dans le cadre associatif, politique et, dans une moindre mesure, familial. Cette évolution est en partie le fruit de la politique de recrutement menée par la CFDT. En rassemblant des personnes qui ont peu de liens forts entre elles, ou en tout cas peu de liens multiplexes, les syndicats semblent difficilement être en mesure de développer une sociabilité propre. Plus que jamais la fidélité à l'institution repose sur la capacité des militants et des délégués de terrain à maintenir un minimum de liens, souvent ténus, entre les adhérents.
Voir l'article sur Persée