Les croyances économiques en URSS et en Russie au tournant des années 1980 et 1990

Varia
Par Natalia Chmatko
Les croyances économiques en URSS et en Russie au tournant des années 1980 et 1990 Natalia Chmatko Dans les années 1980-1990, la croyance en la toute-puissance de l'Etat et du régime communiste a été remplacée par la croyance en la toute-puissance du marché et de la science économique. Plus la crise de l'économie nationale s'aggravait, plus forte devenait la croyance que les économistes, en rupture avec l'idéologie soviétique, avaient une recette miraculeuse testée dans les pays occidentaux développés. Plus les mesures proposées par les économistes étaient radicales et pénibles, plus leurs auteurs et la population les croyaient efficaces. Les représentations produites et imposées par les économistes-réformateurs dans leurs discours et dans leurs publications analytiques ont été destinées au public large et non pas aux professionnels capables d'en comprendre le fond. Le marché, dans ces représentations, était « anonyme » et indépendant des consommateurs ; il était une « valeur démocratique universelle ». L'analyse des publications dans la presse spécialisée et générale (entre 1986 et 1994) montre que tous les économistes plus ou moins connus, apologistes des réformes démocratiques et de l'économie de marché, ont contribué, par l'intermédiaire des médias, à la constitution de ce genre de représentations. Au nom d'une neutralité de la science et du bon sens, qui confirme le « naturel » de l'économie de marché, les économistes-réformateurs russes - avec un support massif des journalistes et des politiciens - ont légitimé des valeurs et des modèles libéraux et néo-libéraux ; ils ont ainsi favorisé l'implantation de nouvelles croyances économiques.
Voir l'article sur Persée