Entrées de femmes en politique. L'irréductibilité du genre à l'heure de la parité

Dossier : La parité en pratiques
Par Christine Guionnet
Entrées de femmes en politique. L'irréductibilité du genre à l'heure de la parité Christine Guionnet Alors que se diffuse largement la rhétorique d'un art féminin de la politique, l'observation empirique du rapport des nouvelles élues de mars 2001 à la politique conduit à souligner le rôle non moins déterminant de leur position de néophytes dans le modelage de leurs pratiques et approches de la politique. On retrouve chez de nombreuses élues des processus repérables chez d'autres outsiders, dans le passé, de retournement du stigmate et d'affirmation d'une identité stratégique - ici, le genre -, afin de légitimer leur insertion dans le champ politique. Pour autant, la singularité des identités de genre contribue à ce que cette variable puisse à la fois constituer une ressource historiquement inégalée pour entrer en politique, dans un contexte par ailleurs favorable à l'ouverture des circuits de la légitimation politique (idée d'une nécessaire rénovation des pratiques politiques), et indissociablement se muer en un handicap paradoxal dans certaines configurations.
Voir l'article sur Persée