Le « salto » du stigmate. Genre et construction des listes aux municipales de 2001

Dossier : La parité en pratiques
Par Catherine Achin, Marion Paoletti
Le « salto » du stigmate. Genre et construction des listes aux municipales de 2001 Catherine Achin , Marion Paoletti L'analyse des conditions de construction des listes pour les élections municipales de 2001 dans deux départements français montre que les têtes de liste ont puissamment investi la contrainte paritaire en valorisant les qualités « féminines » en politique : « concrétude », appartenance à la « société civile », gestion domestique et moindre ambition... Dans un contexte de « crise » de la représentation politique et de mise en avant par contraste de la nécessaire proximité des élus, les stéréotypes de genre ont ainsi été particulièrement activés. La force de ces discours a eu des effets pratiques sur les critères de sélection des candidates, sur leur ordonnancement en positions éligibles/non éligibles, et sur la composition des conseils municipaux : plus jeunes, moins encartées, davantage sans profession, les femmes ont été mises en valeur durant la campagne pour leur extériorité au politique, cette plus-value affichée se transformant en handicap lors de la composition des conseils municipaux, où elles sont cantonnées à des positions dominées.
Voir l'article sur Persée