La parité sans théorie : retour sur un débat

Dossier : La parité en pratiques
Par Éric Fassin
La parité sans théorie : retour sur un débat Eric Fassin Si le débat sur la parité est apparu si spécifiquement français, c'est qu'il s'agissait d'un débat d'intellectuels. Pour comprendre l'importance qu'y tenaient les références philosophiques, il convient toutefois d'écarter une approche théorique : c'est une lecture historique qui permet de voir que le détour théorique s'est imposé en raison de la conjoncture rhétorique des années 1990. L'invocation de la République universaliste disqualifiait alors tout discours minoritaire, en l'assimilant à un communautarisme réputé américain, et donc étranger à la culture politique française. L'argument de l'universalité de la différence des sexes invoqué pour fonder la parité n'a de sens qu'en tant qu'effort pour contourner cette contrainte rhétorique. L'alternative entre universalisme et différentialisme n'avait pourtant rien de nécessaire : on aurait pu penser la parité dans une logique antidiscriminatoire, qui ne s'arrête ni à la politique, ni au genre.
Voir l'article sur Persée