Science disciplinée. Les mutations sociales et politiques de la science politique allemande contemporaine

Dossier : Sciences politiques allemandes
Par Fabien Jobard
Une science disciplinée. Les mutations sociales et politiques de la science politique allemande contemporaine Fabien Jobard L'article essaie d'établir la situation politique et sociale de la science politique dans l'Allemagne d'aujourd'hui. Pour ce faire, il insiste sur la configuration qui, par deux fois, lui donna naissance : le souci civique, sous la pression des Américains, de fonder une « science de la démocratie » à l'issue de la seconde guerre mondiale, et ce même souci civique, sous la pression cette fois des professeurs établis d'Allemagne de l'Ouest, d'étendre leurs pratiques et leurs enseignements dans les Länder de l'Est. L'article montre également quelles dynamiques politiques et démographiques ont donné naissance à cette « science politique critique » des années 1960 et 1970, vite reconvertie dans l'analyse des politiques. Il montre comment le détachement générationnel à l'égard des pères fondateurs de 1945 passait, dans un contexte d'opposition extra-parlementaire, par une critique marxiste de la science démocratique que les anciens avaient promu. Mais l'alternance sous W. Brandt, l'euphorie planificatrice et, via les Etats-Unis, l'importation, par exemple, de Max Weber, ont conduit cette critique radicale de l'Etat à se faire étude de son fonctionnement, science de l'action publique qui domine, selon des modalités que l'article examine, le champ contemporain.
Voir l'article sur Persée