La bataille des girouettes... Du bon usage du changement d'opinion durant l'été 1815

Les inconstances politiques
Par Pierre Serna
La bataille des girouettes... Du bon usage du changement d'opinion, durant l'été 1815 Pierre Serna Juillet 1815. En moins de 18 mois, la France vient de connaître une succession de régimes. De l'Empire autoritaire, à la première Restauration, des Cents jours avec leur expérience improbable d'Empire libéral à la seconde Restauration, les élites dirigeantes (membres du corps législatif, préfets, militaires, savants, hommes de lettres...) vont prêter indifféremment des serments de fidélité à des régimes opposés. La presse satirique invente en cet été, la figure de la « Girouette » politique, et stigmatise toutes les attitudes de reniement en dénonçant la bassesse de tout un personnel répertorié dans plusieurs dictionnaires. Cet article tente de décrire les voies de la disqualification d'une élite perçue comme versatile et par delà le rire destructeur, tente de comprendre les système de justification de ceux qui doivent dans l'urgence des crises, faire des choix et commencent, entre autres, par construire une culture du service de l'Etat, hors des considérations idéologiques, forçant à repenser les nouveaux rapports entre l'individu et l'Etat au sortir de la Révolution. La girouette ne serait pas que le révélateur d'un désenchantement politique mais exprimerait la capacité d'une génération à conserver l'héritage de la Révolution afin de l'intégrer à la monarchie restaurée.
Voir l'article sur Persée