Démocratie et secret du vote. La controverse entre scrutin public et vote secret dans les luttes électorales en Prusse

Analyses politiques allemandes
Par Hubertus Buchstein, Pierre-Antoine Schorderet
Démocratie et secret du vote. La controverse entre scrutin public et vote secret dans les luttes électorales en Prusse Hubertus Buchstein L'article est une contribution à la sociologie historique de l'acte de vote en Allemagne, objet peu courant outre-Rhin, en l'occurrence centré sur la question des luttes autour de la publicité et du secret des suffrages. La controverse du dernier tiers du XIXe siècle à la Chambre des députés de Prusse constitue le terrain majeur de l'argumentation. Car si de nombreux Etats allemands passèrent après 1849 au vote secret, et furent suivis par le Reich en 1871, la Prusse resta fidèle au scrutin public jusqu'en 1918. Le partage des opinions autour du secret ne recoupait pas, loin s'en faut, le partage entre libéraux, conservateurs et sociaux-démocrates. Plus surprenant encore, c'est par un apprentissage politique acquis lors des années de formation et de consolidation des bastions ouvriers que le SPD, initialement farouche soutien du vote secret, s'en découvrit ensuite l'adversaire. Pour les mêmes raisons tactiques, les libéraux, partisans du vote public, se mirent à préférer au tournant du siècle le scrutin secret. Ces débats et ces retournements, dont l'article examine les fondements normatifs et les dimensions stratégiques, sont, pour finir, mis en perspective avec les débats contemporains sur les théories modernes de la démocratie et de la publicité des opinions.
Voir l'article sur Persée