Un robot walrasien. Cotation électronique et justesse de la découverte des prix

Marchés financiers
Par Fabian Muniesa
Un robot walrasien. Cotation électronique et justesse de la découverte des prix Fabian Muniesa L'article interroge le thème de l'informatisation et l'automatisation des marchés financiers à travers un élément particulier : sa relation avec un certain « effet de justesse » dans ce que les économistes appellent « découverte des prix ». Nous exploitons pour cela le cas de l'automatisation de la cotation à la Bourse de Paris. L'article montre, dans un premier temps, comment l'essor de toute une industrie des technologies de cotation est lié à des enjeux de « qualité des cours » qui mobilisent des représentations spécifiques de l'efficience de la découverte des prix. Nous analysons, en particulier, l'algorithme de cotation et les problèmes qu'il doit résoudre pour trouver un prix qui représente de manière « adéquate » l'état du marché : nous comparons notamment le cas du marché continu et celui du marché de fixing. Dans un second temps, nous analysons les images économiques qui ont souvent servi d'argument en faveur de l'automatisation de la cotation, et du fixing électronique en particulier. Nous montrons la façon dont ces images mettent en scène une certaine idée de la perfection marchande qu'on retrouve dans le schéma intellectuel du « commissaire-priseur walrasien ». Dans un dernier temps, nous montrons comment une justification de type walrasien peut émerger dans une situation concrète : nous avons exploré l'installation récente d'un « fixing de clôture » à la Bourse de Paris et la façon dont cette innovation met en scène des arguments à propos de la justesse de la formation des prix. Cette analyse permet de comprendre les effets de justesse exprimés dans une organisation technique particulière de la cotation et, partant, le sens que ce mode de rationalisation marchande peut avoir, notamment par rapport aux « utopies » de la théorie économique néoclassique.
Voir l'article sur Persée