Une étrange défaite. La loi constitutionnelle sur la parité

La cause des femmes
Par Rose-Marie Lagrave
Une étrange défaite. La loi constitutionnelle sur la parité Rose-Marie Lagrave En retraçant la genèse et les modalités progressives de construction du mouvement pour la parité, on a mis en lumière les procédures permettant le passage d'un groupe de pression au consensus politique, puis au vote de la loi. La bataille en faveur de la parité doit en partie son succès médiatique et politique à la simplicité arithmétique de la règle : un homme, une femme. « Au nom de la mixité universelle du genre humain », le raisonnement paritariste s'oppose à l'argumentaire égalitariste plaidant la cause de tous les exclus pour refonder une démocratie représentative. En outre, la pensée sur la parité participe d'une pensée ethnique, en ce qu'elle introduit un particularisme en raison d'une l'appartenance de sexe essentialisée. En fait, la critique paritariste de l'universalisme se trompe de cible : la critique aurait dû porter sur les usages et les modalités d'appropriation de l'universalisme par les hommes, et non sur l'universalisme lui-même, ce qui suppose de construire en chiasme le politique et la domination du principe masculin.
Voir l'article sur Persée