Entre principes et pragmatisme. Députés et sénateurs dans les premiers débats sur le suffrage des femmes en France (1919-1922)

La cause des femmes
Par Anne Verjus
Entre principes et pragmatisme. Députés et sénateurs dans les premiers débats sur le suffrage des femmes en France (1919-1922) Anne Verjus L'échec du projet de droit de suffrage des femmes en 1922 ne doit pas cacher le succès qu'il a d'abord rencontré à la Chambre des députés, en 1919. Pourtant, malgré la contradiction entre les deux issues des scrutins, une même rhétorique « sexualiste » est à l'œuvre dans les deux assemblées, à savoir : une vision des femmes comme classe de sexe, au comportement politique distinct de celui des hommes. Si les réponses différent, à seulement trois ans d'intervalles et dans des chambres de composition politique équivalente, c'est pour des raisons à la fois institutionnelles et contextuelles. L'intérêt de ce débat sur le suffrage des femmes est donc non seulement d'apporter des nuances à l'histoire de la résistance toute française au féminisme, mais également de montrer comment une même rhétorique peut rencontrer, selon la Chambre (et donc le degré de responsabilité des parlementaires concernés) où elle est déployée, des réponses parfaitement contradictoires.
Voir l'article sur Persée