«Honneur à notre élu». Analyse ethnographique d'une coutume post­électorale en Dordogne

Liaisons politiques
Par Nicolas Mariot, Florence Weber
«"Honneur à notre élu". Analyse ethnographique d'une coutume post-électorale en Dordogne». Nicolas Mariot, Florence Weber [21-37]. L'observation ethnographique de la coutume du Mai d'honneur aux élus dans trois communes de Dordogne permet de comprendre comment un geste traditionnel («planter le Mai») a pu être intégré dans le calendrier des élections municipales républicaines. Selon le contexte, ce geste honorifique subit des variations infimes de forme, qui disent l'hétérogénéité radicale des relations instituées entre l'élu et ses concitoyens. On s'attarde plus particulièrement sur un cas, où les participants à la cérémonie sont pris dans un milieu d'interconnaissance égalitaire, parce qu'il met en évidence la fonction de gage remplie par le Mai d'honneur, chose offerte par un groupe (le corps électoral) à une personne (l'élu) qui tout à la fois «fait» honneur et rappelle à l'élu que sa conduite est en permanence sous le contrôle de ses concitoyens. L'échange rituel vient redoubler l'échange électoral et dire, dans le langage de la coutume, la nature des relations entre un corps électoral et ses élus.
Voir l'article sur Persée