Les nouvelles perspectives de la recherche sur l'opinion publique

Par Paul Sniderman
Paul Sniderman [123-175]. Un paradigme - communément désigné sous le nom de minimalisme - a dominé la recherche sur l'opinion publique dans les années soixante et soixante-dix. Ce programme de recherche a principalement insisté sur l'absence de compétence, l'incohérence des attitudes et l'instabilité des préférences du citoyen ordinaire. Dans les années quatre-vingt et dans les années quatre-vingt dix, une substitution de paradigme semble s'être opéré. Il y a deux principaux changements de perspective. En premier lieu, la recherche actuelle prend acte de ce que les gens ordinaires sont impliqués de manière minimale par la politique et qu'ils s'arrangent cependant pour donner un sens et une cohérence à ce domaine. En second lieu, il y a un intérêt nouveau pour le rôle joué par la politique dans la dynamique de l'opinion publique. La discussion des travaux les plus récents portant sur la structure des systèmes de croyance collective, sur les dynamiques temporelles et contextuelles de l'opinion publique et sur la citoyenneté illustre le renouveau de la recherche sur l'opinion publique.
Voir l'article sur Persée