Rencontrer des personnes sans abri. Une anthropologie réflexive

Dossier: L'exclusion. Constructions, usages, épreuves
Par Claudia M. Girola
Itinéraire méthodologique d'un anthropologue : la réflexivité, un choix théorico-méthodologkjue ou comment dépasser le récit de la présentation. Claudia M. Girola [87-98]. En exposant un fragment de son itinéraire méthodologique dans l'étude des stratégies identitaires des personnes sans-abri, l'auteur a voulu signaler l'importance du travail de terrain (d'un point de vue d'une anthropologie réflexive) comme l'instance même de la production de la connaissance de la réalité sociale qu'on se propose de comprendre. Dans la rencontre entre chercheur et acteurs de la recherche considérée comme un processus d'interconnaissance active émerge la multiplicité de leurs appartenances réciproques. C'est là toute la richesse de cette démarche réflexive, surtout losqu'on travaille avec des personnes en situation de précarité extrême et de stigmatisation permanente. Ce processus analytique contribue à briser les images et les représentations réductrices dont sont «victimes» ces «hommes seuls, sans lien ni lieu» en permettant la reconnaissance de la complexité de leurs appartenances individuelles dans un monde social.
Voir l'article sur Persée