« Clandestins » ou «exclus» ? Quand les mots font des politiques

Dossier: L'exclusion. Constructions, usages, épreuves
Par Didier Fassin
Didier Fassin [77-86]. La désignation des étrangers en situation irrégulière comme «clandestins» contribue à forger une image qui s'avère de moins en moins conforme à la réalité, dans la mesure où l'État, à travers ses réglementations et la manière dont il les modifie et les applique, intervient de façon croissante comme producteur d'irrégularité. En privant ces «exclus» de la citoyenneté des mots pour nommer leur condition, la société française justifie par avance les politiques prises à leur encontre.
Voir l'article sur Persée