Les hommes politiques d'affaires. Partis politiques et corruption

Incertitudes italiennes
Par Donatella Della Porta
Les hommes politiques d'affaires. Partis politiques et corruption. Donatella Délia Porta [61-751]. En s'appuyant sur la nombreuse documentation que mettent depuis peu à la disposition des chercheurs les enquêtes de la magistrature sur la corruption politique en Italie, l'auteur démontre que, au moins à partir des années quatre-vingt, les «échanges corrompus» ont transformé aussi bien la structure organisative des partis dominants (notamment la DC et le PSI) que leurs principales fonctions politiques. La croissance des activités politiques «occultes» (financement par les pots-de-vin, clientélisme et colonisation des institutions publiques, etc.) ont influé sur les modes de sélection du personnel politique (apparition des «affairistes» politiques), ont affaibli certaines fonctions essentielles des partis politiques (constitution des identités collectives, définition des choix publics selon les critères de l'intérêt général). Les logiques de la décision publique ont ainsi relevé beaucoup plus de la politique «invisible» que de la politique «visible», phénomène qui peut expliquer la crise de légitimité actuelle des partis «historiques» en Italie.
Voir l'article sur Persée